Le braconnage

3 décembre 1916 : Des nouvelles du front, la Bataille de la Somme a officiellement enfin pris fin  la semaine dernière, bien que des combats locaux continuent encore. On peut penser qu’ils vont se rallumer sur la Champagne d‘ici quelques temps.

On a fusillé en début de semaine Louis Marie LEGENDRE à Somme-Suippe pour voie de fait.

De notre correspondant Ambroise Harel un poilu breton sur le secteur de Souain

     Le secteur est relativement calme, mais la température est rigoureuse ; la neige recouvre toujours le sol et il gèle fort sous le ciel étoilé. Les lignes allemandes ne sont pas très éloignées des nôtres. On entend de temps à autre les boches parler, décharger du bois et, pas très loin derrière leur première ligne, le bruit d’un petit chemin de fer. Derrière nos lignes, on entend un « boucan » infernal de charretiers et de bûcherons ; quelques poilus coupent du bois, même devant notre première ligne. Il fait si bon se chauffer, en descendant de garde, que le feu nous est précieux ! La gniole et le « jus » bien chaud sont aussi des bienvenus.

     J’eus un commencement de gelures aux pieds. Le major, sans m’exempter de service, le fit réduire la nuit. Chaque jour, il me prescrivit un massage des pieds à l’infirmerie. Malgré tout, ma souffrance demeura la même pendant tout ce séjour, mais mon mal ne s’aggrava pas. J’avais les pieds rouge, bleu et noir ; quand, après mon service, je m’enveloppais soigneusement dans mes couvertures et cherchais du repos, c’était en vain, dès que mes pieds se réchauffaient, ils me brûlaient comme du feu ! Je ne pouvais dormir.

     J’ai rejoins ma compagnie au camp «  Quat’Cinq » entre Perthes et Suippes et aussitôt elle partit cantonner plus à l’arrière, à Somme-Vesle pour un temps assez long. Ce territoire est bien cultivé et giboyeux. Le pays dénote une aisance moyenne qui semble le sortir de cette vaste partie maigre de la Champagne pouilleuse.

     Bon nombre de poilus braconnent le gibier à l’aide de collets. Naturellement, le gros Goupil fut un fervent de cet art! Un matin, il arriva avec un beau lièvre, et il fut décidé que nous lui ferions la fête au repas du soir. Entre-temps, notre capitaine qui avait eu vent de cette capture, proposa à Goupil l’achat de son lièvre : ce dernier, dont l’amour de l’argent était aussi fort que celui de son estomac, vendit Jeannot !

allemand-braconne

     Est-ce par passion ou par remords de nous l’avoir promis que Goupil, peu après, dirigea ses pas du côté de la popote des officiers ? Toujours est-il qu’il revint avec son lièvre tout prêt à cuire. « Vois-tu pas ! disait-il, qu’un lièvre pendu à faisander peut prendre des pattes ! » Le soir, eut donc lieu notre petite fête dans la cuisine de notre logeur et Jeannot fut encore bien meilleur avec le goût de sa petite aventure. Nous levâmes nos verres à la santé de notre capitaine qui ne connut jamais l’histoire.

     Depuis Somme-Vesle, le braconnage a pris de l’extension : maintenant, les poilus chassent au fusil. De temps en temps, l’on entend des balles siffler dans tous les sens ; l’une d’elles vint même frapper dans les volets de la demeure du général et provoqua, des mesures très sévères. De ce fait, les « éclaireurs » du régiment parcourt à cheval la campagne à la poursuite des poilus-chasseurs ; bon nombre écopèrent de huit jours de prison ! La chasse au fusil s’arrêta et les collets reparurent !

Extrait de « Mémoires d’un poilu breton »  Ambroise Harel
Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le braconnage

  1. WALLERAND dit :

    on aurait aimé en savoir plus sur « On a fusillé en début de semaine Louis Marie LEGENDRE à Somme-Suippe pour voie de fait. »!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s