Les noirs sont au village

28 octobre 1917 : Les nouvelles du front . Nous faisons des coups de main par incursion chez l’ennemi. Ce dernier semble avoir renoncé à faire une grande attaque. Notre artillerie recherche les dépôts de   récipients à gaz allemands pour les détruire. Sinon, le front est calme.

Souain butte de S coloniaux

 De notre jeune correspondant Jean Francart de Saint-Rémy-sur-Bussy

      Avant la guerre nous n’avions jamais vu de noirs. Ce mois d’octobre un bataillon de Sénégalais est venu cantonner au village, ces gens viennent de nos colonies de l’Afrique occidentale. On raconte qu’ils ont une tête coupée dans la musette ou un collier d’oreilles autour du cou et qu’ils ne veulent pas s’en séparer, les Allemands d’ailleurs ont très peur. Mais en réalité, ce sont de grands enfants insouciants qui manifestaient leur joie de vivre en riant de tout cœur, au milieu de ces hommes, nous nous sentons en parfaite sécurité à condition de ménager leur susceptibilité. Ils sont soit combattants, soit terrassiers, le plus souvent les deux à la fois. Ceux là sont employés comme terrassiers dans les travaux entrepris sur le territoire.

soldats-senegalais-

     Ces gens sont en partie musulmans et tous les soirs avant le coucher du soleil, ils se rendent au nord de la rivière devant le calvaire et à genoux sur leur tapis de prière, face à la Mecque, ils psalmodient leurs prières en se prosternant, en se levant. Le lieu de la prière est sacré, si des roumis viennent à passer par-là, des sentinelles les écartent et il ne fait pas bon de s’opposer à eux. Avec les autres gamins du village nous sommes à l’affût de tout ce qui est insolite, on s’est rapprochés pour les regarder et on s’est fait expulser sur le champ. Alors, nous sommes passés de l’autre côté de la rivière et cachés derrière un buisson, nous avons rigolé un bon coup en regardant leur comportement, c’était tout de même quelque chose d’inhabituel de voir des musulmans prier devant un calvaire.

 Tiré de: Histoire du village de Saint-Rémy-sur-Bussy, pendant  la guerre de 1914-1918 et au-delà de Jean FRANCART
Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s